Les Ardennes font partie du département français de la région Grand Est. Cette adresse touristique séduira sûrement les amateurs de cuisine. Ces derniers y découvriront divers plats locaux aussi succulents les uns que les autres. Voici quelques spécialités culinaires ardennaises à ne pas manquer lors d’une virée dans cet endroit.

L’andouille de Revin

L’andouille de Revin dans les Ardennes est moins connue des consommateurs que les autres andouilles françaises. Elle présente généralement l’aspect d’un cylindre beige avec une couleur rosée. Lorsqu’on séjourne, par exemple, dans l’hôtel auberge du Temps des Saveurs, on peut en déguster. Cette andouille mesure une vingtaine de centimètres de long et sept centimètres de diamètre.

En son milieu, l’andouille de Revin est ornée d’un beau morceau de jambon. Celui-ci est encerclé de lanières de chaudins. Ceux-ci sont salés et assaisonnés de poivres. Façonné à la ficelle, le tout est recouvert d’un boyau naturel. On le cuit dans un court-bouillon parfumé durant au moins cinq heures. À noter que la préparation doit être cuite à moins de 80 °C. L’andouille doit être conservée au frais après un refroidissement graduel dans le jus de cuisson. L’andouille peut être consommée en entrée froide. De plus, elle fait office de plat principal et s’accompagne d’une garniture de légumes.

La flamiche aux poireaux

La flamiche aux poireaux est un plat institutionnel du Vermandois et du Santerre. Il s’agit d’une sorte de tourte souvent garnie de poireaux, d’oignons et de potiron. Pour la préparer, il faut faire une pâte levée ou feuilletée. On détaille ensuite le blanc de poireau en rondelles. On met celles-ci à suer dans du beurre. On les assaisonne de sel, de poivre et de muscade qui est parfois du vin blanc.

On additionne des œufs entiers et une crème fraîche. Cette garniture va être placée entre deux abaisses de pâte. La plus grosse doit être répandue dans le fond de la tourtière. L’autre doit être posé en couvercle. Pour cuire cette tourte, il faut compter une trentaine de minutes. On peut servir ce fleuron de la cuisine picarde en entrée. En plat de résistance, il s’accompagne d’une salade verte et des pommes de terre sautées.

La daube de sanglier

La daube de sanglier est un grand classique de la gastronomie du Midi de la France. Elle fait partie des plats de gibier princier des Ardennes. La viande de sanglier doit être placée dans un coin frais. De plus, on doit l’immerger environ trois jours dans une marinade pour s’attendrir facilement. Il faut ensuite préparer divers ingrédients comprenant le vin rouge, l’huile, le vinaigre, les lardons et quelques légumes émincés. À cela s’ajoutent des condiments et des aromates comme les échalotes, l’ail, le thym et le persil.

Il faut ensuite égoutter et saisir les viandes incluant le sanglier et les lardons dans une cocotte. On y ajoute les légumes, l’ail et l’échalote. Le tout va être mijoté à feu doux pendant quatre heures. Cette daube peut être garnie de pâtes fraîches badigeonnées de beurre fondu. Ces pâtes sont ornées de graines de pavot. La daube peut aussi être accompagnée d’une purée de pommes de terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *